Yael Benzaquen

​« La voix, cet instrument précieux, doit être laissée « tranquille » puisqu’elle n’est que le « rapporteur » de ce que chaque être humain est, sent, vit et cherche à transmettre  »

C’est à l’âge de 16 ans, qu’elle débute sa carrière de chanteuse lyrique...

... ayant commencé au conservatoire d’Asnières son apprentissage du chant lyrique à l’âge de 13ans. Elle entre au Conservatoire National supérieur de Paris en 1978 après son bac dans la classe de Régine Crespin. Parallèlement elle continue le chinois débuté au lycée, à la faculté des Langues Orientales en vue de pratiquer la médecine chinoise, passion qu’elle laissera de côté pendant une dizaine d’années. Son intérêt majeur à cette époque est d’exister en tant qu’interprète sur scène. Elle obtient successivement deux premiers prix au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris: premier prix de musique de chambre en 1980 et premier prix de chant en 1981.

Sa carrière internationale démarre cette même année et elle se produit sur toutes les scènes d’Europe en tant que chanteuse lyrique de premier plan. Sa voix est à son apogée dans le répertoire classique du 18ème et 19ème siècle (Mozart, Rossini), elle apprécie le baroque et chante également Purcell, Pergolèse, Vivaldi, Bach, Rameau… et se spécialise dans la mélodie française (Poulenc, Ravel, Debussy, Chausson, Fauré …)

 

Sa carrière s’oriente ensuite vers l’oratorio et la musique de chambre compte tenu de problèmes de santé, notamment d’un dérèglement de l’organisme qui la contraint à ralentir son rythme de travail. Elle souhaite alors comprendre les sources de ce dérèglement qui influent sur sa voix naturelle.

 

 

Elle s’inscrit à la faculté de médecine de Paris, suit des cours d’orthophonie et obtient son diplôme d’orthophoniste en 1987.

Elle se dirige parallèlement vers le monde de la médecine globale, découvre l’homéopathie, l’ostéopathie, l’acupuncture,. La philosophie taoïste (en particulier le travail énergétique pratique le tai-chi, le qi-gong, le yoga et la méthode Feldenkreis.
Grâce à la rencontre de ses différents maîtres, elle conçoit
une réflexion globale sur le corps et des méthodes de travail appropriées à chaque individu par rapport aux domaines de la communication ou du chant. Elle s’entoure d’un réseau de spécialistes de chaque discipline pour compléter les formations qu’elle organise.
Ce travail sur l’être humain de façon globale lui fait réaliser que
la voix, cet instrument précieux, doit être laissée « tranquille » puisqu’elle n’est que le « rapporteur » de ce que chaque être humain est, sent, vit et cherche à transmettre. À partir du moment où il y a incohérence entre ce que la personne pense ou ressent et ce qu’elle exprime, la voix en devient le malheureux porte-parole.

L’harmonisation du discours cérébral et du discours corporel s’avère nécessaire pour que la voix soit mise en exergue comme lien naturel.
Yael Benzaquen défend le point de vue d’un travail en périphérie de la voix plutôt que direct sur l’instrument vocal, qu’elle estime illusoire. Pour elle, la voix relève de la détermination de l’individu à assumer ce qu’il est, pense et ressent, si tant est qu’il est en mesure d’être conscient de ce qui gêne ou facilite son émission. Ses écrits sont le reflet des « voies » qu’elle propose dans son enseignement, pour arriver à cette connaissance du « soi » physique et psychique: « voies » matrices d’une « voix » bien vécue et efficace.

Ses chemins de réflexion

Cette détermination à reprendre possession du « soi », ne peut s’opérer sans un complément de formation physique. C’est par le biais d’arts martiaux ou de pratiques physiques globales telles le Tai-chi, Qi Gong, Yoga… qu’il est possible d’évaluer l’état intérieur et la maîtrise d ‘une focalisation juste sur l’objet (ici l’émission de voix à des fins de communication, d’interprétation ou d’esthétisme par le chant, le théâtre….). La notion de potentiel, de combativité, d’ouverture à soi et à son propre corps d’intention (liaison de l’esprit avec le fonctionnement subtil du corps) sont autant de paramètres nécessaires à l’épanouissement d’un travail sur la voix…

Les méthodes de travail de Yael Benzaquen et de son équipe tendent à rendre l’individu autonome. C’est pourquoi tous les moyens sont mis en œuvre afin d’amener à la conscience les mécanismes de communication et d’adaptation propres à chacun.

Dans les années 90, Yael Benzaquen crée avec le Dr Fresnel Elbaz le laboratoire de la Voix de la Fondation Rotschild à Paris et prodigue ses conseils en tant que spécialiste de la voix.

Hommes politiques, patrons d’entreprises, avocats et cadres supérieurs en communication se prêtent à l’exercice, afin de concilier un peu plus fond et forme du discours, privilégiant ainsi une expression plus naturelle et plus personnelle génératrice d’une meilleure communication in fine.

Elle dispense ensuite son enseignement à la Salle Pleyel, organise des master classes et des sessions de communication pour plusieurs établissements, cabinets d’avocats et entreprises (La Caisse des Dépôts, l’Education Nationale, Télévision Lyonnaise, cabinet Ginestier, Fi TV, SA Fidéliplus, Nexum, Negocia, Guildinvest, Total, etc…).

Yael Benzaquen propose des séminaires sur l’attitude, la conscience de soi et l’utilisation du corps (métalangage) pendant l’acte vocal. L’attitude corporelle et sa gestuelle se superposent en effet à la parole, reflétant du mieux au pire l’état interne et la disposition d’esprit réelle dans laquelle nous nous trouvons. Cette forme de discours parallèle au discours phonatoire représente un impact plus fort (85%) que la parole la plus convaincante (15%). La voix, ses inflexions, son timbre, son intensité…. font partie de ce métalangage, véritable langage à l’intérieur du langage !

 

Afin d’apporter une vision nouvelle des paramètres de la voix parlée et chantée, Yaël Benzaquen propose régulièrement des séminaires pour les coach (formation à Paris et à l’étranger) , les formateurs voix, professeurs de chants et de théâtre (préparation au diplôme d’états de professeur de chant, cours d’anat-physio de la voix au conservatoire d’art dramatique….), les orthophonistes (Bretagne, Ile de 

France, Normandie, Pays de Loire…). Elle organise des stages de comédie musicale à (Deauville, Avignon,Andorre…..). Elle renforce le travail des comédiens de voix-off.


Les séances particulières offrent un travail ciblé sur les nécessités individuelles. Les séminaires, formations et stages, offrent un panel alliant connaissance et pratique de tous les paramètres participant à une émission et une communication optimisée.
Souvent sollicitée par les médias en tant que spécialiste de la voix, elle écrit un 1er livre sur la voix: « SOS VOIX » paru chez Frison Roche fin 2002. Cet ouvrage, totalement remanié et réactualisé par 10 années de plus d’expérience, débute une nouvelle  » vie  » en janvier 2010 chez Guy Trédaniel Editions. Il sera suivi  en 2012 de  » SOS PRISE DE PAROLE » aux mêmes éditions .